Les cinq élus de l’opposition à Charensat ont claqué la porte du conseil municipal

Une situation très tendue au conseil municipal de Charensat..

En désaccord avec l’équipe majoritaire au sein du conseil municipal de Charensat, au sujet de la manière dont est menée l’acquisition de l’étang de Chancelade, cinq élus d’opposition ont démissionné.
Clac ! N’y tenant plus, à l’issue du conseil municipal du 26 novembre, les cinq membres de l’opposition au conseil municipal de Charensat ont démissionné avec fracas.
Les tensions au sein du conseil municipal de Charensat ne datent pas d’hier. Le climat est à ce point crispé entre l’équipe municipale en place et l’opposition que les débats sont tous enregistrés. Mais fin novembre, cette discorde a donc changé de nature. Au cœur de cette brouille : le projet d’achat de l’étang de Chancelade par la commune.
La commune gère cet étang depuis 2008. Elle y a notamment développé une activité tourisme-pêche dont la réputation ne cesse de grandir. Et depuis un an et demi, les propriétaires ont fait connaître leur intention de vendre cet étang.
Pour la mairie, dirigée par François Blanchon, cette opportunité est unique et des pistes de financement ont été trouvées pour la concrétiser. La Région s’est engagée pour 250.000 euros, et la réponse d’une subvention du Feder (Fonds européen de développement régional), d’un montant de 500.000 euros est encore attendue.
“Les finances de la commune en péril”

Mais pour l’opposition, cette opération est menée avec trop de précipitation. « Nous estimons que la majorité actuelle met en péril les finances de la commune. Nous déplorons cette volonté du maire de tout boucler avant les élections municipales alors même que nous n’avons pas tous les éléments en main », explique Danielle Lenoble, l’une des élues démissionnaires.
Mairie de Charensat, photographiée le 4 novembre 2019
François Blanchon, le maire, ne souhaite pas multiplier les commentaires. « Notre conseil continue à travailler comme il l’a fait pendant tout le mandat. On essaye d’avancer, de trouver des solutions pour l’avenir », se borne-t-il à dire.
Les prochaines élections municipales pourraient jouer le rôle de juge de paix, le maire se représentant et l’opposition ne cachant pas son intention de présenter une liste.
Jean-Baptiste Ledys

La Montagne 23/12/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*