Elus et parents mobilisés pour sauver leur école

Espinasse-Biollet-Charensat “LA Montagne” lamontagne.fr du 02/02/2018

Élus et parents mobilisés depuis hier

Depuis ce matin, parents d’élèves et élus bloquent les trois écoles du RPI entre Biollet, Charensat et Espinasse, dans le Puy-de-Dôme. Ils protestent contre la menace de fermeture d’une de ces écoles et ne veulent pas être les oubliés de la République.

Les enfants scolarisés au sein du regroupement pédagogique intercommunal entre Biollet, Charensat et Espinasse (Puy-de-Dôme) n’ont pas eu cours aujourd’hui. Et il pourrait en être de même en début de semaine prochaine: leurs parents et les élus des trois communes bloquent les écoles pour protester contre la menace de fermeture qui pèse sur l’une d’elle.

“Nous resterons mobilisés jusqu’à ce que l’Inspection académique nous entende”, expliquent-ils.

Les élus confient qu’ils ne sont pas vraiment surpris par cette annonce. Quoique. “Nous sommes en regroupement à deux communes depuis 1991 et à trois depuis 2007, explique Marc Gidel, François Blanchon et André Verge, maires d’Espinasse, Charensat et Biollet. Mais cela fait deux ans que nous sommes dans le collimateur de l’Éducation nationale qui revient régulièrement à la charge. Ce qui nous choque, c’est que cette annonce intervient alors que nous ne connaissons pas de baisse d’effectifs. Nous accueillons actuellement 47 enfants et au moins 48 sont attendus l’an prochain.”

RIOM RPI Biollet-Charensat-Espinasse

Mais, selon eux, le problème est plus grave qu’une simple fermeture de classe: “Comme nous avons un cycle dans chaque commune (11 CM1 et CM2 à Espinasse; 15 CP, CE1 et CE2 à Charensat; et 21 maternelles à Biollet), cette menace pèse directement sur nos villages. L’un d’eux risque de perdre définitivement son école. Sans parler de la difficulté à gérer des classes uniques ou à organiser les transports scolaires, ce n’est pas un bon message envoyé aux territoires ruraux: qui voudra venir s’installer sur une zone où il n’y a plus d’école ? Cela risque de mettre en péril notre organisation et, à terme, d’entraîner la fermeture de toutes nos écoles. Le but de la manoeuvre serait de casser notre RPI et de nous enfoncer un peu plus qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Le problème de nos zones rurales reste que nous n’avons pas d’autres solutions sinon d’allonger les trajets en bus. Nous avons le sentiment de ne pas être aussi bien considérés que le reste du territoire. Nos enfants ont droit à la même considération que les autres. Nous ne voulons pas être les oubliés de la République.

Une petite annonce sur le Bon Coin. Agacé par l’annonce de la possible fermeture d’une école du RPI, le maire d’Espinasse a décidé de se tourner vers le Bon coin pour y poster une petite annonce originale : « Venez vous installer avec vos enfants sur nos communes afin de conserver nos écoles. Nombreuses offres de locations sur le territoire ».

Marc Gidel explique qu’il a reçu plusieurs coups de fil depuis sa mise en ligne le 26 janvier : « J’ai eu 20 contacts assez sérieux. Je les ai orientés vers l’Ophis pour qu’ils connaissent les offres de logement. Je ne sais pas ce que ça donnera. On verra bien. »

Comments
  1. 2 années ago
  2. 2 années ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*